Learning Companion

Le Learning Companion est le fruit d’une collaboration entre le Centre pour l’éducation à l’ère digitale (CEDE) et le Centre d’appui à l’enseignement (CAPE) de l’EPFL, tous deux membres du Centre LEARN.

Le Learning Companion permet aux étudiant-es de s’autoévaluer sur trois niveaux. Il les invite à mener une réflexion sur leurs habitudes d’apprentissage, leurs stratégies de résolution de problèmes ainsi que sur la gestion de projets. 

Basé sur les concepts théoriques et les recommandations du livre « Apprendre à étudier » (Tormey & Hardebolle, 2017), le Learning Companion a été développé pour les étudiant-es de l’EPFL, mais il est également accessible à toutes et tous les étudiant-es des universités suisses.

Cet outil propose une série de questionnaires d’auto-évaluation qui permettent aux étudiant-es de se situer par rapport à leurs habitudes d’apprentissage. Par exemple, en répondant à des questions telles que : « est-ce que je gère bien mon stress ? » ou encore « est-ce que je révise efficacement ? ».

Les étudiant-es reçoivent des recommandations personnalisées et des ressources d’apprentissage pour améliorer leurs compétences dans les différents domaines.

Résoudre un problème en mathématiques ou en physique requiert une approche systématique qui est nouvelle pour certain-es étudiant-es qui commencent leurs études à l’EPFL.

Le Learning Companion est conçu pour améliorer les compétences des étudiant-es en résolution de problèmes en utilisant un journal d’apprentissage que les étudiantes remplissent après avoir travaillé sur leurs exercices.

Les entrées dans le journal sont ensuite résumées visuellement dans un tableau de bord. Celui-ci permet aux étudiant-es d’identifier les domaines dans lesquels ils ou elles peuvent s’améliorer, en donnant des pistes comme « vérifier les calculs » ou encore « persister lorsque c’est difficile ».

Ce système permet du côté de l’enseignant-e, d’avoir accès aux données (anonymes) de sa classe afin d’identifier et aborder les difficultés qui nécessitent des explications complémentaires.

Prochaine étape :

Le Learning Companion fait actuellement l’objet d’un développement supplémentaire visant à l’adapter au niveau du Secondaire II par l’équipe du BeLEARN (plus d’informations sur ce projet ici).

 

Ce projet d’extension verra notamment l’ajout d’une version multilingue, permettra d’examiner les différences entre les populations (école obligatoire vs université) et de préparer les étudiant-es à acquérir des compétences d’autorégulation en anticipation de leur entrée dans les études supérieures.

 

 

3T PLAY – Les objets tangibles pour développer les compétences transversales

La mission de 3T PLAY est de développer la prochaine génération de boîtes à outils d’apprentissage basées sur des tangibles afin d’enseigner aux étudiant-es techniques les compétences transversales nécessaires pour mettre sur le marché des produits et des processus durables et éthiques.

Les ingénieur-es et les scientifiques doivent avoir plus que d’excellentes connaissances et compétences techniques pour fournir un leadership et des solutions aux défis auxquels la société est confrontée. Alors que les cours d’ingénierie développent les compétences techniques spécifiques à chaque discipline, il y a un ensemble de compétences transversales d’accompagnement que les employeurs et la société exigent des diplômé-es afin de tirer pleinement parti de leurs compétences et de leurs connaissances. Ces compétences comprennent, mais sans s’y limiter, la négociation, la résolution de conflits, la pensée critique, les compétences en communication intrapersonnelle et interpersonnelle, l’inclusion, la durabilité et le raisonnement éthique.

La vice-présidence de l’éducation de l’EPFL a fortement insisté sur la nécessité d’enseigner et d’apprendre des compétences transversales à grande échelle sur l’ensemble du campus. Cet objectif est soutenu par le Collège de gestion dont la mission principale consiste à offrir des cours qui enrichissent les compétences en gestion des futurs ingénieur-es. Ceci est essentiel pour permettre aux étudiant-es de l’EPFL d’accéder à des postes de direction de haut niveau afin que toutes et tous puissent tirer parti de leurs compétences et de leurs connaissances.

3T PLAY explore des méthodes pédagogiques innovantes utilisant des objets tangibles qui engagent les étudiant-es d’universités techniques dans le développement et l’amélioration de leurs compétences transversales. Bien que les objets tangibles soient largement utilisés pour enseigner les compétences techniques en ingénierie, nous avons trouvé peu de preuves de leur application au développement des compétences transversales.

 

 

« L’utilisation de tangibles nous permet de faire des représentations de nos idées. C’est génial de s’éloigner de l’écran ! »

– Participant à l’atelier 3T PLAY, 7 avril 2022

 

Finalité

Le but de 3T PLAY est de tirer parti d’objets tangibles pour attirer l’attention des élèves sur les modèles et les valeurs qui sous-tendent les compétences transversales. Les compétences transversales ciblées par 3T PLAY sont le résultat d’une double perspective. Premièrement, de quelles compétences les diplômé-es en ingénierie ont besoin pour leurs futurs rôles en matière d’innovation et de gestion afin de pouvoir relever les nouveaux défis environnementaux, sociaux et économiques ? Deuxièmement, quelles compétences sont actuellement sous-abordées dans la littérature de l’enseignement supérieur?

Les objets tangibles créent des occasions d’aborder des compétences transversales « difficiles », permettant aux étudiant-es de l’EPFL d’avoir des représentations concrètes de concepts initialement abstraits. Nous définissons les objets tangibles comme des objets 3D manipulés par les étudiant-es, qui créent des opportunités d’apprentissage par la réflexion, l’abstraction, la collaboration et/ou la construction. Notre approche des objets tangibles est large et comprend l’apprentissage ludique avec, entre autres, des briques LEGO®, de la pâte à modeler, GEOMAG®, KAPLA®, des bâtonnets de sucette et de la colle, du ruban de masquage et du carton, etc.

 

De haut en bas et de gauche à droite : Utilisation de GEOMAG pour développer le mappage d’arguments. Utilisation des briques LEGO pour mettre en place une salle de classe afin de promouvoir la collaboration des élèves. Utilisation de la pâte à modeler pour créer un modèle pour une salle de conférence universitaire visant à promouvoir la collaboration étudiante.

« J’aime utiliser les objets tangibles (par ex. GEOMAG) pour construire des arguments parce que vous pouvez facilement les déplacer lorsque vous changez d’avis. Avec du papier et un stylo, il faudrait tout recommencer… ou tout effacer. »

 

– Participante de l’atelier 3T PLAY, 7 avril 2022

Approche

L’équipe 3T PLAY identifiera les cadres éducatifs qui permettent la création et la mise à l’essai d’une nouvelle conception pédagogique et le déploiement d’objets à manipuler dans le contexte de l’apprentissage transversal des compétences dans les cours de l’EPFL. Le ou la conseiller-ère pédagogique co-construira des interventions tangibles avec des enseignant-es et des équipes de recherche. Ces dernières documenteront ensuite les moyens cognitifs, émotionnels, sociaux et créatifs de ces différents objets et matériaux, et évalueront l’impact des interventions sur toutes les parties prenantes impliquées dans l’initiative. Grâce aux interventions avec les objets tangibles, les élèves pourraient développer, par exemple, la pensée critique et la maîtrise des feedbacks, les éléments tangibles étant soit des opportunités, soit des contraintes permettant le processus d’apprentissage.

Qui se cache derrière 3T PLAY ?

3T PLAY est une initiative conjointe du Centre LEARN, du College of Management, du Centre d’Appui à l’Enseignement (CAPE) et des DLL au travers de leur Makerspace. L’équipe de recherche et opérationnelle est composée de chercheuses et de chercheurs principaux, d’une conseillère pédagogique et d’une gestionnaire de projet et de communauté. Le projet est soutenu par la Fondation LEGO, dans une optique de développement des compétences à travers des approches d’apprentissage ludiques et créatives.

Siara Isaac – Cheffe de projet et chercheuse

Natascia Petringa – Conseillère pédagogique et Gestionnaire de communauté

Yousef Jalali – Chercheur

 

Enseigner durant la pandémie de COVID-19

Les équipes du LEARN ont accompagné les enseignant-es de l’EPFL et de l’école primaire dans la mise en place et l’adaptation de l’enseignement à distance et mixte dans le contexte inattendu et imposé du confinement lié à la pandémie de COVID-19.

Les équipes du LEARN ont accompagné les enseignant-es afin de faire face au passage soudain à l’enseignement à distance imposé par le confinement. Ce travail a été entrepris avec des enseignant-es de l’EPFL ainsi qu’avec des enseignant-es des écoles primaires publiques.

Les ressources créées dans le cadre de ces différents efforts ont pour objectif d’être accessibles en libre service afin d’être utile au corps enseignant de toutes institutions et niveaux confondus.

Certaines de ces ressources sont disponibles en anglais, d’autres en français.

Accompagnement des enseignant-es à l’EPFL

Afin de minimiser en permanence le risque de transmission de la covid-19, le Centre pour l’éducation à l’ère digitale (CEDE) et le Centre d’appui à l’enseignement (CAPE) ont mis en place une documentation, des ateliers et une permanence afin d’accompagner les enseignant-es de l’EPFL dans l’articulation des enseignements en ligne et sur le campus.

  • Leurs ressources sont régulièrement mises à jour.

Accompagnement des enseignant-es du primaire

Depuis 2018, le Centre LEARN travaille avec le Département de l’éducation, de la jeunesse et de la culture (DFJC) du canton de Vaud sur le projet d’éducation numérique, « EduNum », en collaboration avec la HEP Vaud et l’UNIL.

La phase d’enseignement à distance a généré un défi particulier pour les enseignant-es : assurer la continuité des apprentissages des élèves tout en maintenant le lien avec les familles. L’équipe du LEARN a souhaité les accompagner dans la définition et la mise en œuvre de cette nouvelle tâche avec les outils à leur disposition tout en re-mobilisant le contenu déjà vu dans le cadre de la formation qui fait partie du projet.

Nous avons proposé, en collaboration avec la HEP Vaud, des sessions en ligne dès la semaine qui a suivi le début du confinement en 2020. Ces sessions courtes et opérationnelles ont permis de co-construire l’enseignement à distance.

Les ressources partagées ici sont en français :

 

  1. Défi 1 – Démarrer l’enseignement à distance
  2. Défi 2 – Organiser ma première classe virtuelle
  3. Défi 3 – Animer ma classe virtuelle
  4. Défi 4 – Interroger ma classe à distance
  5. Défi 5 – Lecture d’histoires à distance
  6. Défi 6 – Parler du covid-19 avec les enfants
  7. Défi 7 – Aborder le covid-19 en classe

Le Centre LEARN a également collaboré avec Edit Change Management pour créer une trilogie de livres illustrés, appelée Oscar & Zoe, permettant de relever les défis numériques liés à la pandémie comme par exemple, les fausses nouvelles ou la gestion du temps d’écran.

Vous trouverez dans l’article de presse les liens vers le téléchargement gratuit en anglais, français et allemand.

Contact:
Support team for EPFL teachers - flexible-teaching@epfl.ch
Ressources created for primary school teachers - gregory.liegeois@epfl.ch

Recherche sur l’éducation durant la pandémie de COVID-19

Les deux questions principales traitées par notre équipe de recherche concernaient la manière dont la distance affectait aussi bien les étudiant-es que les enseignant-es durant le confinement et comment récolter des données et des preuves afin d’informer les prises de décisions.

1. Recherche sur l’enseignement à distance pendant le confinement

En réaction à la pandémie, nos équipes de recherche ont travaillé pour apporter des preuves de l’impact des mesures liées à la COVID-19 sur l’éducation en étudiant l’enseignement à l’EPFL et dans les écoles publiques pendant le confinement.

1.1. Étude sur les enseignant-es de l’EPFL devant adapter leur enseignement

Une étude sur l’adaptabilité des enseignant-es était en cours lorsque la pandémie de COVID-19 a frappé l’enseignement supérieur en février 2020. Celle-ci a donc été rapidement repensée afin de capturer l’adaptabilité des enseignant-es dans une situation de changement forcé. L’analyse introduit des perspectives d’innovation pédagogique et touche aux composantes sociales de l’apprentissage qui, pendant le confinement, ont montré un impact sur le sens du rôle d’enseignant professionnel. L’enregistrement et les diapositives d’une présentation de cette étude lors d’une session lunch&LEARN sont en lien sur la gauche.

1.2. Étude sur les expériences des enseignant-es avec l’enseignement à distance dans le canton de Vaud

Plus de 5500 enseignant-es du canton de Vaud ont participé à l’étude. L’analyse des facteurs associés à un enseignement à distance efficace révèle qu’il existe trois types de facteurs qui jouent un rôle :

 

  • les facteurs contextuels (élève, enseignant.e et équipement scolaire ; ainsi que le soutien technique et socio-affectif disponible)
  • les facteurs individuels (enseignant.e et autonomie, compétence et motivation des étudiant.e.s)
  • les facteurs pédagogiques (pratiques et outils)

Le rapport complet est disponible ici.

2. Recueillir des preuves de recherche sur l’impact de la pandémie de COVID-19 sur l’éducation

La pandémie a eu un impact majeur sur l’éducation, non seulement en raison de l’isolement social pendant le confinement, mais aussi en raison de la nécessité d’organiser l’éducation différemment après la réouverture des écoles. De nouvelles pratiques sont apparues. Les chercheuses et les chercheurs en éducation ont rapidement accompagné l’émergence de ces nouvelles pratiques. Plusieurs études ont été menées pour documenter et enquêter sur les effets de la pandémie du coronavirus sur l’éducation. Celles-ci peuvent apporter une contribution significative à la compréhension de ce qui s’est passé, mais aussi à la préparation de scénarios futurs, basés sur des preuves.

Mais comment rassembler toutes ces études afin de les rendre accessibles et utiles à l’ensemble de la communauté de recherche?

La Conference suisse des directeurs cantonaux de l’instruction publique (CDIP), le Secrétariat d’État à la formation, à la recherche et à l’innovation (SEFRI) et le Centre LEARN se sont associés pour proposer une plateforme de partage des recherches sur l’impact de la COVID-19 sur l’éducation en Suisse.

2.1. Ouvrir le référentiel

Nous avons lancé un référentiel d’études en ligne en libre accès portant sur l’impact de la pandémie de COVID-19 sur l’éducation en Suisse et avons pu rassembler plus de 60 études. N’hésitez pas à utiliser le référentiel pour vos recherches et à le partager avec vos collègues.

 

2.2. Conférence informelle en ligne

En décembre 2020, plus de 100 chercheuses et chercheurs ont participé à une conférence informelle pour partager les connaissances actuelles sur la COVID-19 dans l’éducation. 17 études ont été présentées par des collègues de l’UniFR, FORS, EHL, UniZH, PHZG, FSO, SFIVET, UZH, UniGE, UniDistance et l’EPFL. Le programme complet peut être consulté ici.

 

 

Studies on the impact of covid-19 on education

Ateliers pour Assistant.e.s Doctorant.e.s et pour enseignant.e.s

Nos ateliers en ligne et sur le campus abordent la gamme typique d’activités d’enseignement universitaire.

Informés par la recherche contemporaine sur l’enseignement de l’ingénierie, nos ateliers en ligne et sur le campus abordent la gamme typique d’activités d’enseignement universitaire (enseignement, présentation, travaux pratiques et séances d’exercices, évaluation, utilisation de la technologie et de la technologie d’apprentissage à distance).

Les ateliers sont constamment mis à jour avec des exemples internes et des recherches contemporaines sur l’enseignement et l’apprentissage dans l’enseignement des MINT. Depuis la crise de la COVID-19, les offres d’ateliers ont été adaptées dans les formats (session libre, ateliers courts, en ligne, hybride) et les thèmes couvrent désormais un éventail de sujets actuels (DIE, évaluation en ligne, motivation des étudiants, etc.)

Want to find out more?

Classe inversée

Le terme « classe inversée » fait référence à une approche pédagogique dans laquelle les étudiants obtiennent une première exposition au contenu du cours avant le cours, à travers des lectures ou des vidéos, puis passent du temps en classe à approfondir leur compréhension de ce contenu grâce à des activités d’apprentissage avec l’enseignant et/ou l’équipe pédagogique (ex. quiz interactifs, expériences, démonstrations, devoirs de résolution de problèmes en groupe, etc.).

Ce modèle s’oppose généralement à une approche pédagogique plus « traditionnelle » dans laquelle les étudiants obtiennent une première exposition en classe, principalement par le biais de cours magistraux, puis approfondissent leur compréhension par les devoirs après la classe, lorsque l’enseignant n’est pas présent.

Classe inversée en algèbre linéaire :

Les cours d’Algèbre linéaire (MATH-111) sont proposés durant l’année propédeutique à toutes les classes de l’EPFL sauf Architecture, Mathématiques et Physique. L’examen final est commun à 80% de ces cours, qui sont suivis par un total d’environ 1’800 étudiants.

En plus des cours déjà existants, une version inversée du cours, donnée par Simone Deparis, a été ouverte aux étudiants volontaires de 2017-2018 à 2019-2020. Une étude soigneusement conçue a été mise en place au fil des éditions successives du cours.

Vous souhaitez en savoir plus?

Conseils aux enseignant.e.s et aux sections

Les partenariats entre les conseillers pédagogiques et les membres du corps professoral sont plus susceptibles de résulter en un soutien adéquat et opportun au personnel enseignant. Les ressources pour conseiller les enseignants sont mixtes, car elles combinent des réunions en face à face avec des vidéos et des documents pertinents.

Chaque année, le Centre d’Appui à l’Enseignement (CAPE) travaille avec des centaines d’enseignants et d’équipes pédagogiques sur une base individuelle pour répondre à leurs demandes d’enseignement et d’apprentissage.

Le CAPE travaille avec des enseignants qui explorent l’utilisation des nouvelles technologies dans leur pratique ou qui décident de changer leur approche pédagogique. Le CAPE accompagne également les sections dans l’évaluation des cycles académiques, à savoir les programmes Bachelor et Master.

Le CAPE s’appuie sur des stratégies de conseil pour travailler avec des enseignants et renforcer leur confiance en eux pour être plus à même d’enseigner et évaluer leurs pratiques pédagogiques.

Un modèle en trois phases pour soutenir les nouveaux professeurs assistants “tenure-track” (PATT) établit un partenariat pour travailler avec de jeunes chercheurs pour construire leur dossier d’enseignement sur la base des preuves tangibles de leur enseignement (Just-in-time teaching (JiTT), une stratégie pédagogique qui utilise la rétroaction entre les activités en classe et le travail que les élèves font à la maison, en préparation de la réunion de classe.)

Le soutien aux sections pour l’évaluation de leurs programmes comprend la discussion, la mise en forme et la création d’enquêtes. Les questions sont adaptées aux besoins et aux préoccupations des sections.

Le CAPE envoie les sondages aux étudiants et aux Alumni afin d’avoir un aperçu de la façon dont les étudiants évaluent leur formation à l’EPFL. Les enquêtes explorent la perception des Alumni de l’impact de leur formation à l’EPFL sur leur emploi actuel. 

Le CAPE prend en compte leurs profils spécifiques et leurs tâches professionnelles actuelles. Les enquêtes demandent également aux participants d’auto-évaluer l’état de leurs connaissances techniques et de leurs compétences professionnelles spécifiques. Le CAPE analyse ensuite les résultats et rédige des rapports qui sont transmis aux sections pour élaborer des solutions fondées sur des preuves.

Vous souhaitez en savoir plus?

Analyse de l’apprentissage (Uni Analytics)

Nous pensons que les machines peuvent aider les humains à mieux enseigner et apprendre. C’est pourquoi nous combinons l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique avec les connaissances des sciences de l’apprentissage pour mieux comprendre ce que les gens savent et comment ils-elles apprennent.

Le laboratoire CHILI (interaction homme-machine dans l’apprentissage et l’enseignement) suit deux approches : développer de nouvelles technologies d’apprentissage qui produisent de nouvelles sources de données sur la façon dont les individus enseignent et apprennent, et utiliser l’apprentissage automatique et des méthodes statistiques pour débloquer les informations qui se cachent derrière ces sources de données.

CHILI développe de nouvelles technologies conçues pour soutenir l’enseignement et l’apprentissage, en mettant l’accent sur l’apprentissage en équipe. Bon nombre des technologies créées offrent la possibilité de capturer de nouvelles sources de données sur la façon dont les individus enseignent et apprennent ensemble. En plus des méthodes statistiques traditionnelles, l’utilisation de Learning Analytics aide à donner un sens aux données.

En utilisant des méthodes de pointe issues de l’apprentissage automatique et de l’intelligence artificielle, CHILI découvre des informations sur la façon dont les personnes enseignent, comment elles apprennent et comment les technologies sont à même de soutenir l’enseignement et l’apprentissage. 

Ces méthodes nous ont permis de comprendre le processus d’apprentissage dans une grande variété de contextes éducatifs et avec une variété de technologies différentes, y compris avec la robotique éducative, dans des environnements d’apprentissage en ligne et lors de l’utilisation d’interfaces utilisateur tangibles.

 

Vous souhaitez en savoir plus?

Évaluation de la pensée computationnelle

L’objectif de cette initiative est de créer un test pour évaluer les compétences de pensée computationnelle de manière valide et fiable. Nous construisons, testons et validons un test qui peut être passé par n’importe qui, quelles que soient ses connaissances ou son expertise antérieures en informatique.

Cette initiative crée un nouvel outil d’évaluation pour mesurer la pensée computationnelle (PC) chez les étudiant.e.s en sciences et en ingénierie.

Pourquoi est-ce nécessaire ?

Premièrement, l’omniprésence des outils numériques et l’utilisation de méthodes computationnelles sont essentielles dans les sciences et l’ingénierie contemporaines, ce qui fait de la PC un ensemble de compétences vital pour les scientifiques et les ingénieur.e.s actuels.

Ainsi, la PC devient un pilier de l’enseignement scientifique et technique aux côtés d’autres fondements plus traditionnellement considérés, comme les mathématiques et la physique.

Deuxièmement, conformément à la pertinence actuelle attribuée à la PC, l’EPFL l’a adoptée comme matière pour les étudiant.e.s de première année dans le but de promouvoir une base transférable dans la résolution de problèmes computationnels.

L’EPFL propose un cours d’introduction à la PC et entend poursuivre la mise en œuvre de cours pour tous les programmes diplômants, du Bachelor au Master en passant par le Doctorat.

Par conséquent, nous cherchons à faire progresser notre compréhension fondée sur des preuves de la meilleure façon d’enseigner et d’apprendre la PC de sorte que la pratique de l’enseignement puisse être informée. Mesurer la pc des apprenant.e.s de manière fiable et valide est nécessaire pour identifier des méthodes efficaces.

Troisièmement, les outils construits à ce jour pour évaluer les compétences en PC sont, à notre connaissance, insuffisants pour l’usage auquel nous sommes destinés : ils sont rares, présentent de multiples lacunes pour évaluer les compétences en PC dans l’enseignement supérieur et ne sont pas validés pour les populations d’ étudiant.e.s en ingénierie et en sciences.

Une session de notre webinaire lunch&LEARN dédiée à cette initiative été diffusée, retrouvez-la ci-dessous:

Want to find out more?

Compétences professionnelles

Les compétences professionnelles (transversales) sont des compétences de carrière qui ne sont pas spécifiques à un emploi, une tâche, une discipline ou qui sont des connaissances particulières. Ce sont des compétences qui peuvent être utilisées dans divers contextes de travail et, en tant que telles, sont nécessaires à la réussite de la transition des diplômé.e.s en ingénierie vers de futurs emplois.

Les ingénieur-es et les architectes doivent souvent faire face à de grandes complexités sociales, techniques et environnementales, et la demande du marché de l’emploi pour des ingénieur-es possédant des compétences holistiques est vouée à croître.

Être capable de gérer et de diriger des équipes diverses, de comprendre des systèmes interdisciplinaires complexes et de résoudre des problèmes ouverts au sein, et au-delà, de différents domaines est attendu de la prochaine génération de diplômé-es.

Plusieurs projets s’inscrivent conjointement dans cette initiative, afin d’examiner dans quelle mesure les compétences professionnelles, transversales et interdisciplinaires sont intégrées dans le cursus de l’EPFL.

Le travail effectué dans le cadre de l’examen de l’intégration de ces compétences professionnelles dans le cursus, se fait par l’étude du matériel pédagogique, la collecte des opinions des étudiant-es et des coach par le biais d’enquêtes et d’entretiens, l’analyse des projets MAKE interdisciplinaires, ainsi que la cartographie d’exemples de bonnes pratiques à travers l’établissement.

Cartographier les compétences transversales

Une initiative visant à cartographier, examiner et suivre l’enseignement et l’apprentissage des compétences transversales à l’EPFL a été développée grâce à une collaboration entre l’équipe du LEARN, le Teaching Support Service (CAPE) et le Discovery Learning Program (DLP). Dans le cadre de cette initiative, nous avons jusqu’à présent :

  • Cartographié les compétences transversales présentées dans les fiches de cours dans toutes les sections
  • Présenté des exemples de bonnes pratiques dans l’utilisation de différentes méthodes d’enseignement en intégrant des compétences transversales
  • Examiné la couverture des compétences transversales dans les masters
  • Cartographié les compétences transversales offertes par les unités qui ne sont pas couvertes par le programme régulier

Deux rapports sont disponibles, l’un sur le contenu du curriculum et l’autre sur le contenu extracurriculaire.

Le premier a été présenté au SEFI 2020 et est disponible sur infoscience (plus bas), et le second a été développé en tant que document interne.

De plus, plusieurs vidéos d’enseignants donnant des exemples de leur pratique dans l’enseignement des compétences transversales ont été compilées. Celles-ci sont disponibles ici.

Les Projets MAKE

Cette étude examine les effets des projets interdisciplinaires MAKE sur la motivation, les stratégies d’apprentissage et les compétences en gestion de projet des étudiant-es, dans le but d’évaluer l’impact de cette initiative et de fournir des commentaires utiles.

L’objectif de l’étude est d’évaluer l’efficacité et la qualité des expériences d’apprentissage par projet du programme MAKE à l’EPFL, dans le but de soutenir le développement d’un programme plus holistique qui soutiendrait mieux l’engagement et l’apprentissage des étudiant-es (pas seulement en termes d’apprentissages disciplinaires mais aussi de compétences transversales).

À la suite de cette étude, des commentaires et des résultats seront fournis aux enseignant-es et au personnel de gestion. Les résultats de cette étude ont été présentés au SEFI 2021 et apparaissent dans le document de conférence disponible en bas de page.

Évaluation des programmes de Master

Une évaluation de 5 programmes de Master a été réalisée par le CAPE et les données ont été analysées en collaboration avec le LEARN, principalement pour évaluer les forces et les faiblesses des cours de Master dispensés à l’EPFL.

Sur la base d’apports quantitatifs et qualitatifs, l’évaluation indique que les étudiant.e.s au niveau de la maîtrise reçoivent de solides connaissances théoriques, tandis qu’au niveau plus pratique, les étudiant.e.s semblent s’attendre à davantage de compétences transversales, telles que les compétences en gestion, les outils informatiques et la compréhension éthique, juridique et les impacts environnementaux au sein de l’ingénierie.

L’étude a été présentée au SEFI 2021 et l’article est également disponible sur infoscience (lien en bas de page).

Vous souhaitez en savoir plus?

lunch&LEARN

L’objectif des sessions Lunch&LEARN est de rassembler un public de l’EPFL intéressé par des approches d’apprentissage et d’enseignement nouvelles et efficaces, et de créer une discussion riche autour de paradigmes réussis basés sur des preuves. Rejoignez-nous !

En tant qu’événement informel et ouvert à la communauté EPFL, lunch&LEARN permet aux participant.e.s de prendre leur repas ou de profiter de leur pause-café, tout en acquérant de nouvelles connaissances sur des approches pédagogiques intéressantes, ouvrant des possibilités de partage de connaissances et de collaborations futures.

Nos invité.e.s comprennent une gamme d’enseignant.e.s et de chercheur.euse.s innovant.e.s issu.e.s de laboratoires travaillant sur l’apprentissage (CHILI, REACT, MOBOTS), d’unités de service (CEDE, CAPE) et d’éducateur.trice.s ayant une vision novatrice de l’éducation à l’EPFL.

Cet événement est ouvert aux enseignant.e.s de l’EPFL intéressé.e.s par un enseignement et un apprentissage innovants et, que vous soyez curieux.euse ou dubitatif.ve, une participation active aux discussions lunch&LEARN est la bienvenue !

Si vous souhaitez être informé.e des sessions lunch&LEARN, veuillez vous inscrire au mémento du LEARN

Contactez-nous également à lunchLEARN@groupes.epfl.ch si vous souhaitez proposer un sujet pour une future session ou si vous souhaitez en modérer un vous-même.

Vous souhaitez en savoir plus?

ASPIRE

Graasp pour la recherche ouverte fondée sur des preuves dans l’éducation numérique.

Graasp est une plateforme cloud en accès libre et conforme au RGPD pour l’éducation numérique, développée et hébergée à l’EPFL dans le cadre d’initiatives nationales et internationales.

Il est exploité dans le monde entier par les universités et les écoles pour l’apprentissage actif mixte ou le partage de connaissances numériques et compte actuellement plus de 165’000 utilisateurs.

Une caractéristique motrice de la plateforme est que, moyennant le consentement, il est possible de collecter des données concernant l’enseignant.e et l’élève (analyse de l’apprentissage), qui peuvent être utilisées non seulement pour la sensibilisation et la réflexion pédagogiques, mais également pour la recherche factuelle.

ASPIRE permet aux chercheur.euse.s, au-delà des parties prenantes actuelles de la plateforme, d’accéder aux données générées au sein de Graasp.

Le projet est mené en collaboration par l’EPFL, la HEIA-FR et la HEP-BEJUNE, couvrant ainsi 7 cantons et deux aires linguistiques suisses afin de faciliter une adoption à l’échelle nationale. 

En outre, le projet combine des compétences de recherche en interaction homme-machine, en génie logiciel, en science des données et en éducation.

Contact:
Denis Gillet - denis.gillet@epfl.ch
Site:
Vous souhaitez en savoir plus?