« La recherche et la pratique sont intimement liées »

En mars 2021, le docteur Roland Tormey a été nommé Maître d’enseignement et de recherche au College des Humanities(CDH) après avoir servi depuis 2013 en tant que scientifique et directeur du Centre d’Appui à l’Enseignement (CAPE).

Dr. Tormey est sociologue de formation et a commencé à travailler dans la formation des enseignants dans les années 1990 en Irlande. Ses recherches portent sur les inégalités, l’éducation interculturelle et l’identité. De là, il a également commencé à développer un intérêt pour le sujet de l’émotion. Il se souvient, « il y avait très peu de recherche sur l’émotion et l’éducation interculturelle… A cette époque, on commençait à peine à se rendre compte que la discrimination et l’inégalité découlent très souvent des émotions autant que des représentations mentales ».

Il a observé que les réactions de colère sont souvent l’expression d’une dynamique de pouvoir et a donc commencé à se concentrer afin « d’aider les enseignants à développer une conscience de leurs propres émotions pour ensuite laisser cela alimenter leur jugement ». Il a exploré ces thèmes en tant que responsable du département de formation des enseignants à l’Université de Limerick avant de rejoindre l’EPFL.

Dr. Tormey est d’abord arrivé à l’EPFL en 2011 pour collaborer avec Pierre Dillenbourg, puis a accepté de rester et de devenir le directeur du nouveau Centre d’Appui à l’Enseignement (CAPE) lors de sa création en 2013. Pour Dr. Tormey, rejoindre le CAPE a apporté un changement d’orientation important de la formation des enseignants vers la formation des ingénieurs. Il souligne que l’inégalité et la diversité sont des enjeux importants dans les deux contextes et sont notamment pris en compte dans le travail d’équipe d’ingénierie : « les équipes diversifiées prennent de meilleures décisions parce qu’elles se remettent davantage en question. Il y a généralement moins de pensée de groupe. Mais pouvoir travailler dans ces équipes nécessite un certain niveau minimum de connexion émotionnelle qui permet à ce questionnement d’avoir lieu.

Dr. Tormey souligne l’importance du concept de « difficulté souhaitable » pour une collaboration efficace. “Vous préférez peut-être travailler avec vos amis, mais vous avez plus de chances d’être productif si vous travaillez dans un groupe où les gens vous questionnent davantage.” Cependant, les équipes doivent d’abord « construire suffisamment de cohérence et de cohésion pour permettre à cette friction de se produire ».

À l’EPFL, Dr. Tormey a continué à enquêter sur le rôle joué par les émotions dans le travail d’équipe et aussi dans l’éthique de l’ingénierie. S’inspirant de la philosophe américaine Martha Nussbaum, il explique l’importance des émotions pour la prise de décision éthique : « Si l’intelligence signifie la capacité d’apprendre et de s’adapter à votre monde, alors par définition les émotions sont intelligentes parce que les émotions nous aident à apprendre et s’adapter à notre monde. Elles nous donnent des informations qui nous aident à prendre de bonnes décisions si nous utilisons ces informations correctement ». Il remarque que la prise en compte du rôle des émotions a été absente dans l’enseignement de l’éthique en ingénierie. Il participe actuellement à deux collaborations internationales différentes pour étudier les recherches existantes sur ce sujet afin d’établir une base de référence pour les travaux futurs.

Il mène également des recherches orientées vers la pratique afin de répondre aux priorités stratégiquesdéfinies par la Direction de l’EPFL. Ces objectifs comprennent l’amélioration de l’apprentissage des élèves au cours de la première année ainsi que la promotion des projets en équipe lors des enseignements. Les travaux universitaires de Roland Tormey sur l’éthique et la diversité s’alignent parfaitement sur cette mission pratique de soutenir l’apprentissage collaboratif.

Dr. Tormey décrit les services que le CAPE rend à la communauté EPFL et les recherches menées par ses membres comme un « cycle vertueux ». Par exemple, la recherche sur la dynamique de genre dans le travail de groupe a aidé sa collègue Siara Isaac à développer l’atelier Make it Awkward. Dr. Tormey explique : « Nous n’envisageons pas la recherche comme une fin en soi. Sans vouloir critiquer la recherche fondamentale…ce n’est tout simplement pas ce que nous faisons. Nous faisons de la recherche sur la formation en ingénierie, d’un point de vue pédagogique. La recherche et la pratique sont intimement liées ».

Dans son nouveau rôle de Maître d’Enseignement et de Recherche, Roland Tormey continuera à mener des recherches axées sur la pratique pour soutenir la communauté de l’EPFL alors qu’elle sort de son modèle pandémie, tout en poursuivant ses collaborations universitaires axées sur le rôle des émotions dans l’éthique de l’ingénierie.

Author(s): Madeleine Dungy
Imported from EPFL Actu

« La recherche et la pratique sont intimement liées »

En mars 2021, le docteur Roland Tormey a été nommé Maître d’enseignement et de recherche au College des Humanities(CDH) après avoir servi depuis 2013 en tant que scientifique et directeur du Centre d’Appui à l’Enseignement (CAPE).

Dr. Tormey est sociologue de formation et a commencé à travailler dans la formation des enseignants dans les années 1990 en Irlande. Ses recherches portent sur les inégalités, l’éducation interculturelle et l’identité. De là, il a également commencé à développer un intérêt pour le sujet de l’émotion. Il se souvient, « il y avait très peu de recherche sur l’émotion et l’éducation interculturelle… A cette époque, on commençait à peine à se rendre compte que la discrimination et l’inégalité découlent très souvent des émotions autant que des représentations mentales ».

Il a observé que les réactions de colère sont souvent l’expression d’une dynamique de pouvoir et a donc commencé à se concentrer afin « d’aider les enseignants à développer une conscience de leurs propres émotions pour ensuite laisser cela alimenter leur jugement ». Il a exploré ces thèmes en tant que responsable du département de formation des enseignants à l’Université de Limerick avant de rejoindre l’EPFL.

Dr. Tormey est d’abord arrivé à l’EPFL en 2011 pour collaborer avec Pierre Dillenbourg, puis a accepté de rester et de devenir le directeur du nouveau Centre d’Appui à l’Enseignement (CAPE) lors de sa création en 2013. Pour Dr. Tormey, rejoindre le CAPE a apporté un changement d’orientation important de la formation des enseignants vers la formation des ingénieurs. Il souligne que l’inégalité et la diversité sont des enjeux importants dans les deux contextes et sont notamment pris en compte dans le travail d’équipe d’ingénierie : « les équipes diversifiées prennent de meilleures décisions parce qu’elles se remettent davantage en question. Il y a généralement moins de pensée de groupe. Mais pouvoir travailler dans ces équipes nécessite un certain niveau minimum de connexion émotionnelle qui permet à ce questionnement d’avoir lieu.

Dr. Tormey souligne l’importance du concept de « difficulté souhaitable » pour une collaboration efficace. “Vous préférez peut-être travailler avec vos amis, mais vous avez plus de chances d’être productif si vous travaillez dans un groupe où les gens vous questionnent davantage.” Cependant, les équipes doivent d’abord « construire suffisamment de cohérence et de cohésion pour permettre à cette friction de se produire ».

À l’EPFL, Dr. Tormey a continué à enquêter sur le rôle joué par les émotions dans le travail d’équipe et aussi dans l’éthique de l’ingénierie. S’inspirant de la philosophe américaine Martha Nussbaum, il explique l’importance des émotions pour la prise de décision éthique : « Si l’intelligence signifie la capacité d’apprendre et de s’adapter à votre monde, alors par définition les émotions sont intelligentes parce que les émotions nous aident à apprendre et s’adapter à notre monde. Elles nous donnent des informations qui nous aident à prendre de bonnes décisions si nous utilisons ces informations correctement ». Il remarque que la prise en compte du rôle des émotions a été absente dans l’enseignement de l’éthique en ingénierie. Il participe actuellement à deux collaborations internationales différentes pour étudier les recherches existantes sur ce sujet afin d’établir une base de référence pour les travaux futurs.

Il mène également des recherches orientées vers la pratique afin de répondre aux priorités stratégiquesdéfinies par la Direction de l’EPFL. Ces objectifs comprennent l’amélioration de l’apprentissage des élèves au cours de la première année ainsi que la promotion des projets en équipe lors des enseignements. Les travaux universitaires de Roland Tormey sur l’éthique et la diversité s’alignent parfaitement sur cette mission pratique de soutenir l’apprentissage collaboratif.

Dr. Tormey décrit les services que le CAPE rend à la communauté EPFL et les recherches menées par ses membres comme un « cycle vertueux ». Par exemple, la recherche sur la dynamique de genre dans le travail de groupe a aidé sa collègue Siara Isaac à développer l’atelier Make it Awkward. Dr. Tormey explique : « Nous n’envisageons pas la recherche comme une fin en soi. Sans vouloir critiquer la recherche fondamentale…ce n’est tout simplement pas ce que nous faisons. Nous faisons de la recherche sur la formation en ingénierie, d’un point de vue pédagogique. La recherche et la pratique sont intimement liées ».

Dans son nouveau rôle de Maître d’Enseignement et de Recherche, Roland Tormey continuera à mener des recherches axées sur la pratique pour soutenir la communauté de l’EPFL alors qu’elle sort de son modèle pandémie, tout en poursuivant ses collaborations universitaires axées sur le rôle des émotions dans l’éthique de l’ingénierie.

Author(s): Madeleine Dungy
Imported from EPFL Actu